« J’avais déjà en tête de construire un drakkar, mais je ne savais pas exactement quel type de bateau, explique Damien Bouet, jeune normand passionné de reconstitution historique. Après mon master d’archéologie, à Strasbourg, je voulais sortir du train-train des études. »

En 2013, le jeune homme s’accorde une année sabbatique et part au Danemark. Là-bas, il visite l’archéosite de la baie de Roskilde, où de nombreux drakkars ont été coulés. Membre de l’association Dreknor, il est revenu du Grand Nord avec son projet encore plus ancré : « Construire un navire de guerre viking, un Skuldelev 5 », du XIe siècle, dont six exemplaires ont été découverts, gisant au fond de l’eau.

18 mètres de long

Damien Bouet veut « restituer un drakkar à l’identique ». Pour cela, il n’hésite pas à accumuler et analyser les données archéologiques sur le Skuldelev. Avec un physicien allemand, il crée un modèle en 3D et conçoit les plans. Ses deux copains, Thibaut Grimaldi, chef d’entreprise à Lisieux et Frédéric Palmer, capitaine de marine au Havre, et quelques bénévoles de Voiles norroises, l’accompagnent dans son projet titanesque. Et la construction démarre en 2015.